Commerce & autorisations

Toutes les cultures génétiquement modifiées (OGM) sont soumises à un système d'autorisation préalable avant d'être mises sur le marché de l'UE soit en tant que produits agricoles importés, soit en tant que semences pour l'UE et donc pour la culture. Toutes les autorisations sont précédées d'une évaluation approfondie (sanitaire et environnementale) par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), suivie d'un processus politique impliquant la Commission européenne et les États membres.

ARCHIVES REPORTS

Adopter une vision plus scientifique sur les biotechnologies après le Brexit : une opportunité pour l’agriculture anglaise ?

« L’agriculture peut retrouver son dynamisme, si le Royaume Uni, s’appuyant sur des réglementations autre que celles restrictives de l’Europe, donne à ses agriculteurs les outils dont ils ont besoin pour être compétitifs ». Telles sont les conclusions d’un rapport sur les semences biotechnologiques rédigé par deux agroéconomistes anglais de PG Economics Ltd. [...]

FACTSHEETS/INFOGRAPHICS

le soja fait partie de notre quotidien!

FACTSHEETS/INFOGRAPHICS

L'interdiction d'importation de soja OGM serait à la fois coûteux et inutile

Voir l'infographie

OTHER

Les infographies les plus récentes

Consultez le site ogm.org pour télécharger les infographies les plus récentes sur la culture des OGM dans le monde 

FACTSHEETS/INFOGRAPHICS

L'étiquetage des OGM

Est ce que le consommateur sait s'il consomme des OGM ? : le guide qui explique les règles européennes

REPORTS

Interdire complètement les OGM, est-ce la bonne solution pour la France et l''Europe ?

Compliquer l'accès à des protéines de qualité est comme "se tirer une balle dans le pied" en agissant contre l'intérêt des agriculteurs et celui des consommateurs. L'étude identifie les besoins français et européens en protéines et chiffre le coût d'une interdiction d'importations de soja OGM. Elle montre que ce choix aurait des répercussions économiques mais aussi environnementaux et ne protégerait pas les éleveurs français. 

REPORTS

Et si on interdisait tous les OGM….

Une étude réalisée par des économistes de l’université américaine de Purdue analyse les conséquences économiques et environnementales de l’arrêt de la culture d’OGM dans le monde. Elle a été présentée en aout 2016 à Boston. Tous les continents et pays ne sont pas affectés de la même façon, selon qu’ils sont utilisateurs ou non d’OGM et selon le volume de leurs importations. Ne plus utiliser d’OGM revient à voir diminuer les rendements des plantes concernées et donc leur cout, mais affecte aussi les prix des cultures qui n’utilisent pas d’OGM car le facteur limitant, dans de nombreux pays, est la terre agricole disponible. Ainsi aux Etats Unis, l’augmentation du prix du maïs serait de 6,74%, celle du soja de 6,48% et de manière moins intuitive celle du riz de 2,42% et celle du blé de 3,35%. Globalement, les prix de l’alimentation animale seraient en hausse par rapport à l’alimentation humaine. La hausse des produits alimentaires ne serait que de l’ordre de +0,81% car nous consommons de plus en plus de produits manufacturés et transformés pour lesquels les matières premières ne représentent qu’une faible part du cout des produits. Mais les grands producteurs agricoles resteront les gagnants car ils sont aussi exportateurs ! Pour les pays asiatiques importateurs comme la Chine, les conséquences économiques seraient plus fortes, avec des augmentations des produits alimentaires de 1,3% et de 2,2% pour l’Inde. Il en est de même pour l’Europe qui importe des protéines. Néanmoins, l’impact sur les prix des produits alimentaires serait faible (0,34%). En termes d’émission de gaz à effet de serre, les auteurs prédisent une augmentation substantielle si la technologie OGM est interdite.      

VIDEOS

Pourquoi les éleveurs sont ils inquiets ?

Les éleveurs craignent des interdictions sur l'importation de matières premières indispensables à l'alimentation dees animaux, comme le soja OGM.